LA BONNE CHANSON / L’abbé Charles-Émile Gadbois


Charles-Émile Gadbois est né à Saint-Barnabé-Sud, près de Saint-Hyacinthe, le 1er juin 1906. Il est le fils de Prosper Gadbois, propriétaire d’un magasin général, agent immobilier et maire de 1917 à 1925, et de Célina Germain. Il fait ses études classiques au Séminaire de Saint-Hyacinthe de 1918 à 1926 et sa théologie au Grand séminaire de Montréal de 1926 à 1930. Durant ses études théologiques, il montre beaucoup d’intérêt pour la musique vocale, étudie la chant grégorien et enseigne le solfège; il est aussi Maître de chapelle au Grand séminaire.

Le 14 juin 1930, Charles-Émile Gadbois est ordonné par l’évêque de Valleyfield, Mgr Alfred Langlois, dans la chapelle du Séminaire de Saint-Hyacinthe. Par la suite, il y enseigne la grammaire, la liturgie mais surtout le chant et la musique de 1930 à 1944; très tôt, il s’impose comme directeur de l’orchestre et de la fanfare du Séminaire. Il fonde la Bonne Chanson en octobre 1937 et commence à publier et à diffuser la chanson canadienne et française. Après la vente de l’entreprise aux Frères de l’Instruction chrétienne, en 1955, l’abbé Gadbois devient vicaire de la paroisse Sainte-Famille de Sherbrooke jusqu’en 1958. Au cours des deux années suivantes, il est aumônier à l’école secondaire et au Mont-Saint-Bernard de Sorel. Il est admis chez les Cisterciens de Rougemont en 1960, où il fait sa profession temporaire en avril 1962. Il est victime d’une embolie cérébrale en septembre de la même année. Décédé le 24 mai 1981, il est inhumé dans la crypte du Séminaire de Saint-Hyacinthe.