LA CHANSON WESTERN / PAUL BRUNELLE


1923. Naît à Granby, le 10 juin, dans une famille ouvrière qui comptera neuf enfants.

1931. Rejoint la Manécanterie (les Petits Chanteurs de Granby), l’année même de la formation de l’ensemble vocal.

1937. Quitte le Collège Sacré-Cœur pour entrer à la Miner Rubber. Il achète sa première guitare à crédit, pour 6,50 $.

1939. Membre d’un orchestre qui joue dans les mariages et les réceptions diverses; chansonnettes françaises et succès américains sont au répertoire de l’ensemble.

1943. En compagnie de ses deux sœurs, remporte le grand prix de la Living Room Furniture sur les ondes de CKAC.

1944. Se produit seul au concours de la Living Room et remporte à nouveau les honneurs. La compagnie de disques RCA lui commande des chansons western en français, dans le but de concurrencer la grande vedette de la compagnie Apex, le soldat Lebrun. Enregistre les quatre premières chansons qui lancent sa carrière ( Femmes que vous êtes jolies/Les filles des prairies; Mon enfant, je te pardonne/Quand je pense à nos soldats ). Le 26 juin, épouse Suzanne Choinière à l’église Notre-Dame de Granby.

1945. Anime sa propre émission à CKAC. Enregistre son plus grand succès, Destin cruel, dont on aurait vendu plus de 250 000 copies. Naissance de son fils Jean, le 15 mai.

1948. Profite de ses vacances estivales pour faire une tournée en Gaspésie dont il a planifié les moindres détails. Son audace lui rapporte 1 000 $ en une semaine, alors qu’il ne gagne que 32 $ à la Miner Rubber : il quitte son emploi.

1949. Naissance de sa fille Francine, le 12 avril.

1949-1951. Début de la période des tournées, d’abord avec M. Lacroix, puis avec Antoine Grimaldi et la Troupe des soirées du bon vieux temps. Toujours accompagné de sa femme Suzanne, il est la vedette de la Troupe, qui présente aussi des sketchs humoristiques, de la danse à claquettes et organise des tirages. « Jean Grimaldi, quand il a vu ça, a engagé Willie Lamothe. Là, on avait deux troupes de cowboys », relate Paul Brunelle (La Presse, 30 octobre 1982).

1951. Achète la Troupe des soirées du bon vieux temps et garde le même nom. Au cours des années 1950, poursuit deux carrières : une carrière individuelle sur disque et une autre avec la Troupe.

1955-1957. Durant trois hivers, anime quotidiennement Paul Brunelle et ses Troubadours du Far-West sur les ondes de CKVL.

1961-1966. Au cours de ces années difficiles pour la chanson western au Québec, produit plusieurs compilations sur microsillons.

1963. Naissance de sa fille Sylvie, le 24 avril.

1966-1982. À la faveur d’un retour du public à la chanson western, obtient plusieurs engagements dans les festivals et les cabarets. Travaille généralement avec une équipe réduite de deux musiciens.

1975. Se joint à la compagnie de disque Bonanza.

1982. Un cancer de la gorge met fin à sa carrière. Bonanza fait faillite la même année, lui occasionnant des pertes financières.

1989. Lors d’une soirée hommage que CKLM organise dans ses studios, « il bat tous les records d’assistance », titre Hebdo-Vedettes.

1992. Participe à son dernier spectacle en compagnie d’autres grands du western québécois.

1994. Décède à Granby, le 24 novembre. Le journal Échos-vedettes (3 au 9 décembre 1994) lui rend un dernier hommage : « Selon la légende, Paul Brunelle a été et demeure le plus grand vendeur de disques de tous les temps au Québec ».

Paul Brunelle et ses chansons

Les textes de Paul Brunelle exposent un univers d’une grande richesse symbolique, alimentée par une lucidité sociale étonnante dans le climat bon enfant qui domine la chanson d’après-guerre; ce dernier trait le situe d’emblée dans la continuité de la Bolduc et du soldat Lebrun. Pour raconter les joies et les malheurs des gens, Paul Brunelle s’inspire de trois grands thèmes : l’amour, l’attachement au monde rural et à ses valeurs, les conditions sociales.