ERNEST DOIN : DE QUELQUES SUJETS EUROPÉENS
Contemporain de Félix-Gabriel Marchand, Ernest Doin (1809-1891), un Européen de naissance qui, au milieu du 19e siècle, fut instituteur à Saint-Jean-sur-Richelieu puis à La Prairie, va créer de nombreux dialogues pour la scène. L’auteur aime participer à de grandes soirées dramatiques et musicales au local de la Société littéraire, situé à l’étage du marché public. On lui doit sept pièces, pour la plupart des comédies en un acte, et au moins trois drames historiques intitulés Le Conscrit ou le retour de Crimée (1878), La mort du Duc de Reichstadt, fils de l’empereur Napoléon 1er (1878) et Joachim Murat, roi des deux Siciles, sa sentence, sa mort (1879). Européen, monsieur Doin situe ses pièces sur son continent d’origine, sauf pour Le trésor ou la paresse corrigée (1871) et Le divorce du tailleur (1873), cette dernière se déroulant à Saint-Eustache. L’auteur utilise des procédés faciles tels que quiproquos, personnages caricaturés, effets dans les niveaux de langages. Les intrigues sont peu développées, mais les spectateurs rient de bon cœur. Les pièces de monsieur Doin sont publiées chez Charles Payette et Beauchemin et Valois de Montréal.