ESSAI / LIONEL GROULX

Le nationaliste

Lionel Groulx voit le jour le 13 janvier 1878. Son père, Léon Groulx, meurt la même année, laissant veuve Philomène Pilon, qui se remarie un an plus tard avec Guillaume Émond. La famille habite une ferme du rang des Chenaux à Vaudreuil. De 1884 à 1890, le jeune Groulx fréquente l'école des Frères Saint-Viateur, à Vaudreuil, avant d'entreprendre des études classiques au séminaire de Sainte-Thérèse de Blainville. En 1898, il reçoit la Médaille Chapleau décernée à l'étudiant le plus méritant. De 1900 à 1903, il étudie la théologie au Grand séminaire de Montréal et est en même temps professeur au collège de Valleyfield. Il est ordonné prêtre le 28 juin 1903.

Professeur de belles-lettres et de rhétorique au collège de Valleyfield, il commence une carrière parallèle de conférencier et d'écrivain. Dès 1904, il signe plusieurs articles dans des revues telles que la Revue ecclésiastique, Le semeur ; il dirige la revue L'Action française de 1920 à 1928 et la Revue d'Histoire de l'Amérique française en juin 1947. De 1907 à 1909, il vit d'abord à Rome et y parfait des études en philosophie et en théologie à l'université de la Minerve, puis à l'université de Fribourg, où il fait des études en littérature. Pendant ces années passées à l'étranger et sous le pseudonyme de Lionel Montal, il écrit Paysage d'hiver et paysage d'âme en 1907. Il écrit par la suite, en 1912, Une Croisade d'adolescents, Petite histoire de Valleyfield, une lettre à Henri Bourassa sur l'enseignement de l'histoire dans les collèges.

 Rappeler au peuple son histoire 


Véritable globe-trotter, Lionel Groulx enchaîne voyages et conférences. Ses fréquents déplacements en Europe se terminent en 1956 alors que la maladie le frappe. Durant sa longue carrière d'historien, de professeur et d'écrivain, de nombreux prix, médailles et honneurs lui sont attribués. En 1958, il commence la rédaction de ses Mémoires. Lionel Groulx a 80 ans. Il demeure un conférencier et un écrivain actif jusqu'au 23 mai 1967, jour de sa mort. Constances de vie, son dernier livre, est lancé le jour même. On lui fait des obsèques d'État à l'église Notre-Dame de Montréal et cette journée est décrétée jour de deuil officiel au Québec. Il est inhumé à Vaudreuil le 27 mai. En hommage posthume, on imprime des timbres historiques à son effigie, un massif des Laurentides (Les Monts Groulx) ainsi que le séminaire de Sainte-Thérèse, devenu cégep, où il a fait ses études, portent son nom.


L'oeuvre de Lionel Groulx

Au début du 19e siècle, alors que le Québec est écartelé entre l'industrialisation rapide et l'ouverture sur le monde, le courant « régionaliste » demeure plus que jamais en force. L'abbé Lionel Groulx y adhère et affirme qu'une littérature originale doit exister ici et qu'elle a pour mission de fortifier le sentiment national, par un retour au mode de vie traditionnel rural.

 Les Rapaillages, un portrait du monde rural


L'historien écrivain se veut missionnaire de son « petit peuple ». Maurice Séguin le décrit ainsi : « Groulx est le disciple de Henri Bourassa, il voit le Canada comme un grand pays et une grande patrie dont fait partie la petite patrie du Québec. Il s'inquiète du sort des minorités françaises en dehors de la province et blâme le gouvernement central de son inaction dans ce domaine. La Confédération est saine, parce qu'il y a un bon partage des pouvoirs entre Ottawa et les provinces, lesquelles doivent suivre le mouvement donné par la Nation canadienne ». Dans un article paru dans Le Devoir du 24 mai 1967, Claude Ryan le décrit ainsi : « Il a été, en somme, le père spirituel du Québec moderne. Tout ce qui s'est fait ici depuis quelques années de marquant et de neuf porte l'empreinte de la pensée de Groulx ».

 Une histoire du Canada français sur disque


La vocation de l'abbé Lionel Groulx, son oeuvre et son message se résument ainsi : « rendre aux Canadiens français le sentiment de leur personnalité ». L'unique préoccupation qui régente toute sa vie et son oeuvre demeure l'avenir d'un peuple qu'il cherche à sauver par son écriture. Son dévouement, son engagement sincère témoignent d'une constance et d'une authenticité qui mérite le respect. L'univers groulxien reste déterminé par la question nationale. Le succès d'un deuxième roman, Au cap Blomidon, paru en 1932, montre bien que Lionel Groulx, à défaut d'avoir fait l'unanimité autour de ses idées, a su, du moins, largement les diffuser.

 

ARCHIVES ET DOCUMENTS

Des dossiers sur le chanoine Lionel Groulx peuvent être consultés au Centre d'histoire de la Presqu'île, à Vaudreuil, et au Centre d'archives du Séminaire de Saint-Hyacinthe.

Les documents sur la vie et l'oeuvre du chanoine Groulx sont conservés au Centre de recherche Lionel Groulx à Montréal.

http://www.sdm.qc.ca/crlg/
http://www.vigile.net/groulx/indexgroulx1.html

Ferretti, Lucia, Lionel Groulx, la voix d'une époque, Montréal, L'Agence du Livre,1983, 47 p.
Groulx, Lionel, Les Rapaillages, Montréal, Bibliothèque de l'Action française, 1916, 127 p.
L'Action nationale, LVII, juin 1968, 10 : 1100.