LA LITTÉRATURE JEUNESSE / PALMER COX


Le créateur du petit monde des Brownies

L'illustrateur et écrivain Palmer Cox voit le jour dans une ferme du Rang Sud située entre Adamsville et Granby, le 28 avril 1840. Pendant son enfance, il ne se lasse pas d'écouter les histoires folkloriques que sa mère et sa belle-mère, d’origine écossaise, lui racontent. C’est le personnage du Brownie, un gnome légendaire ayant pour rôle d'aider aux corvées ménagères, qui l’impressionne le plus et dont il s’inspirera dans les nombreux livres illustrés qui le rendront célèbre.

Palmer Cox étudie au Granby Academy avant de quitter le pays pour les États-Unis, en 1858. Il y déniche un emploi dans la finition du bois utilisé dans la décoration intérieure de wagons de trains. Plus tard, avec son frère Edwin, il part pour l'Ontario où il exerce le métier de monteur de charpentes de grange. On dit que, pendant ses pauses, il dessine sur les poutres. En janvier 1863, après un long voyage à pied à travers l'isthme de Panama, il arrive à Oakland, en Californie. Il s'y installe, devient citoyen américain et, après une période à l'emploi d'une compagnie qui construit des bateaux à vapeurs et des wagons de trains, il part pour San Francisco. Là, il exerce aussitôt le métier d'écrivain en signant des articles et des poèmes dans des journaux comme l’Alta California, le Golden Era et l’Examiner. C'est en 1874, en Californie, qu'il publie son premier volume intitulé Squibs of California. Ce livre, basé sur son journal intime, comprend 500 pages et 183 illustrations et contient des histoires, des nouvelles et des poèmes.

À 35 ans, Palmer Cox déménage à New York où il devient l'artiste en chef de la revue Uncle Sam : The American Journal of Wit and Humor. Il signe aussi des articles dans des périodiques tel Scribners, avant de publier trois volumes et de collaborer à des magazines pour enfants comme Wide Awake, Harper's Young People et St. Nicholas. En 1883, la première aventure des Brownies, imprimée dans le réputé magazine St. Nicholas, propulse le dessinateur granbyen, alors âgé de 47 ans, au sommet de la réussite.

Palmer Cox vivra à Long Island de nombreuses années. En 1904, alors âgé de 64 ans, il se fait construire une vaste résidence à Granby, le Brownie Castle. Il y décède le 24 juillet 1924 et est enterré au cimetière de la rue Cowie.

L'oeuvre de Palmer Cox

De 1874 à 1918, Palmer Cox publie 25 volumes dont 13 de Brownies, qui sont, en fait, une compilation (auxquelles s’ajoute quelques pièces originales) des histoires de Brownies parues dans les magazines pour lesquelles ce dernier travaille. Ses volumes seront publiés à New York et à Londres et plusieurs seront traduits en russe et en français. À ces publications, s’ajoutent deux cantates, dont la musique est composée par Malcolm Douglas (son mécène), et la réalisation de nombreuses publicités pour le compte de grandes entreprises.

En 1894, à la suite du succès remporté par la pièce Palmer Cox’s Brownies, qui a tenu l’affiche pendant plus de 100 représentations à New York, Palmer Cox fonde une compagnie théâtrale, The Brownie Company, qui effectuera une tournée de cinq ans à travers les États-Unis. Elle se produira également au Canada dans les villes de Montréal et Toronto. Pour donner une idée de l’ampleur de la production, mentionnons que 5 wagons de chemin de fer sont nécessaires pour assurer son transport.

 Publications des œuvres de Palmer Cox 

Les Brownies

Les Brownies sont des lutins espiègles inspirés d’une légende écossaise qui vivent leurs aventures dans l’Amérique du Nord des années 1880-1920. Lors de leurs joyeuses escapades, toujours nocturnes, les Brownies imitent maladroitement les activités des humains à qui ils souhaitent pourtant venir en aide. Curieux, désordonnés, imprévisibles et téméraires, les Brownies s’amusent de toutes les situations; tantôt sportifs, navigateurs, écoliers ou explorateurs ils savent captiver le cœur et l’esprit des enfants anglo-canadiens et américains de l’époque, leur faisant découvrir de manière amusante le monde changeant qui les entoure. Parmi la multitude des Brownies, certains ont leur propre personnalité : l’aristocrate Cholly Boutonniere, le policier Patrolman Moveon, l’Américain Uncle Sam. On remarque aussi la présence d’un Chinois, d’un Inuit, d’un Canadien français, seuls les Noirs, semble-t-il, étant exclus du monde imaginaire de Palmer Cox.

 Publicité et produits dérivés des Brownies

 

 Extrait tiré de : The Brownies in Fairyland

ARCHIVES ET DOCUMENTS

Société d’histoire de la Haute-Yamaska, Fonds Palmer Cox, Granby.

Bourke, Sheila, Wayne Morgan, The Brownie World Of Palmer Cox, Montreal, McGill University Librairies, 1997, 28 p.

Cummins, Roger, Humorous But Wholesome : Palmer Cox and his Brownies, New York, Century House, 1973, 254 p.

Gendron, Mario, Johanne Rochon, Richard Racine, Histoire de Granby, Granby, Société d’histoire de la Haute-Yamaska, 2001, 512 p.