Le baseball


Parmi les sports et divertissements pratiqués à Saint-Hyacinthe au cours du XIXe siècle, le baseball est sans aucun doute une des activités qui a soulevé le plus d’enthousiasme auprès de population.


Le baseball débute bien timidement au cours de l’année 1874. De jeunes Franco-américains qui font leurs études au Séminaire de Saint-Hyacinthe forment le « Saint-Hyacinthe College base-ball Association ». Quelques jours plus tard, leurs collègues francophones jettent les fondements de « L’Association Canadienne de base-ball », un titre pompant pour une organisation regroupant seulement deux équipes locales.

Néanmoins, c’est ainsi que Saint-Hyacinthe devient, en quelque sorte, une porte d’entrée pour le baseball au Québec à l’instar du Collège Saint-Laurent, à Montréal, et du Collège de l’Assomption dans Lanaudière.


Si l’on joue au baseball dans la cour du Séminaire, en 1876 on pratique également cette activité sportive au centre-ville, là où est situé le parc Bouchard aujourd’hui. Au cours de la décennie suivante, on joue à la balle de façon sporadique. La situation va changer au milieu des années 1890.


En effet, le baseball professionnel commence avec force en 1895 à Saint-Hyacinthe. À cette époque, les dirigeants de l’usine de textile « Granite Mills » commanditent une équipe qui lance et relève des défis (avec enjeu monétaire) auprès d’équipes provenant de localités voisines.


Au-delà de la dimension sportive, où le spectacle doit capter l’attention et susciter des émotions chez les partisans, les dirigeants du club entretiennent des liens étroits avec les autorités politiques, économiques et religieuses afin de mieux faire accepter cette nouvelle forme de divertissement. Ainsi, après avoir disputé deux parties sur le terrain situé près de la gare des Comtés-Unis, le maire Georges-Casimir Dessaulles permet l’usage du Rond Laframboise, dont il est le propriétaire. Plus de 300 $ sont investis dans la préparation du terrain afin de permettre la tenue de joutes de baseball.


Le 1er septembre 1895, le Granite reçoit la visite du National de Montréal sur le terrain du Rond Laframboise. Pour l’occasion, de nombreux amateurs s’embarquent sur des trains spéciaux, provenant de Montréal, Sorel, Trois-Rivières et Nicolet. Le rédacteur du Courrier de Saint-Hyacinthe, dans sa livraison du 3 septembre 1895, résume l’affrontement : « le “National” l’orgueil de Montréal, le club champion de la province s’est vu infliger une défaite par le “Granite” dimanche après-midi. La partie jouée en présence de 5000 spectateurs a éclipsé tout ce qui s’est jamais vu au Canada ». Cette partie est remportée en 10e manche par le compte de 3 à 2 en faveur du Granite. Cette victoire permet à l’équipe maskoutaine d’obtenir « une position des plus enviables dans le sport au pays », affirme le rédacteur de La Presse, le 5 septembre 1895.


Le Granite fera partie de la Ligue internationale de l’Est en 1896. Éprouvant des difficultés financières, la formation quittera la ligue quelques mois après le début de la saison. Ce qu’il faut retenir, c’est que la présence de cette équipe permettra au baseball de prendre son véritable envol sur le sol maskoutain.

Photo:
Équipe de baseball Le Granite vers 1895-1896.
Collection Centre d’histoire de Saint-Hyacinthe, Studio B. J. Hébert, photographe, CH085.