Le cyclisme


À Saint-Hyacinthe, le vélocipède fait son apparition à la fin des années 1860. Mgr Choquette, dans son « Histoire de la ville de Saint-Hyacinthe », souligne la présence de pédaleurs qui s’exercent à l’intérieur du marché-centre en mars 1869. Huit ans plus tard, dans le cadre d’un après-midi d’amusements, on organise une course d’un quart de mille en vélocipède. 


L’avènement de la bicyclette et son prix d’achat abordable contribuent à la hausse de popularité de cette activité récréative à Saint-Hyacinthe. D’ailleurs, l’existence du « Club de bicycles de Saint-Hyacinthe » commande le durcissement et le nivèlement des rues entourant le parc Dessaulles. Certaines allées du parc sont également réservées à l’usage exclusif des cyclistes. Ainsi, Saint-Hyacinthe se dote ainsi d’un réseau cyclable dès 1898.


Ces aménagements ne sont pas gratuits, car le conseil municipal impose dès lors une taxe de cinquante centimes. Le collecteur municipal à fort à faire puisqu’il doit poser des médailles à chacune des bicyclettes. Il doit surveiller également à ce que chacun possède sa clochette et sa lumière. Se promener à vélo à cette époque demeure une belle façon de s’amuser et de sociabiliser. 

Photo:
Publicité d’un marchand de bicycle parue dans le journal L’Union le 2 juin 1898.
Collection Centre d’histoire de Saint-Hyacinthe.