Euclide-Henri Richer
1898-1902


Euclide-Henri Richer est le neuvième maire de Saint-Hyacinthe. 


Pour en apprendre davantage sur le personnage, nous vous suggérons deux textes :


Euclide-Henri Richer 1898-1902
Maison de la rue Girouard (22) Maison Euclide-Henri Richer, par France Labossière


Qu’est-il advenu d’important dans notre ville pendant le séjour d’Euclide-Henri Richer à la mairie de Saint-Hyacinthe? Voici quelques éléments historiques.


14 janvier 1898 Euclide-Henri Richer, maire de Saint-Hyacinthe
Lors de l'assemblée du Conseil municipal de Saint-Hyacinthe, le 14 janvier 1898, Euclide-Henri Richer devient maire de Saint-Hyacinthe. (1)


29 avril et 30 mai 1898 Les bicyclettes
Réagissant à la grande popularité de la bicyclette à Saint-Hyacinthe, le Conseil municipal adopte les règlements 69 et 70 imposant aux propriétaires l’achat d’une licence et les obligeant à installer des clochettes et des lumières sur leur vélo par souci de sécurité. (2) À la même période, certaines allées du parc Dessaulles sont réservées à l’usage exclusif des cyclistes. Il s’agit de la première piste cyclable à Saint-Hyacinthe.


16 mai 1898 Incendie de la métairie
Un terrible incendie survient à la métairie de La Providence et fait douze morts et huit blessés.  « Dans la nuit de dimanche à lundi, le feu fut découvert dans la Métairie, et il se répandait avec une désespérante rapidité. Les Sœurs de l’Hôtel-Dieu qui demeuraient dans cette succursale donnèrent bientôt l’alarme dans toute la maison, demandèrent par téléphone le secours de pompiers de la ville, Son Honneur le maire donna aussitôt l’ordre à la brigade de voler au secours de l’établissement en feu avec engin à vapeur, boyaux, etc. Durant l’intervalle l’élément destructeur continuait ses ravages et dominait en maître dans presque toutes les parties de la maison. Nos pompiers se mirent à l’œuvre cependant avec ardeur, et aidèrent au sauvetage des 60 et quelques personnes habitant la maison. Bon nombre de personnes qui couchaient sous le toit trouvèrent les issues de fuite en feu et elles durent se jeter des 3e et 4e étages, ce qui explique le grand nombre de morts et blessés », souligne le rédacteur du journal La Tribune dans son édition du 20 mai 1898. Parmi les victimes, on comptait des religieuses, des enfants, des hommes et des femmes de différents âges.


La métairie à La Providence, une série de cinq articles signés Luc Cordeau.


26 septembre 1898 Municipalité du village de Saint-Joseph
Constituée le 26 septembre 1898 sous le nom de la Municipalité du village Saint-Joseph, son territoire est alors détaché de celui de la Municipalité de la paroisse de Saint-Hyacinthe-le-Confesseur. (3)


Décembre 1898 Reconstruction du pont du G.T.R.
Selon le rédacteur du Courrier de Saint-Hyacinthe, du 1er décembre 1898, les « travaux de reconstruction du pont du G.T.R., en cette ville, avancent rapidement. Une équipe de plus de cent ouvriers y travaillent sans relâche. Le vieux pont sera enlevé, nous dit le contremaître chargé de surveiller ces travaux, en deux parties et le nouveau sera placé immédiatement. Aussitôt que la confection des pièces du nouveau pont sera terminée, le posage se fera et n’exigera que très peu de temps. »


17 mars 1899 Archives municipales
Le greffier municipal dépose une requête au Conseil afin que la Ville se dote de voutes pour conserver les archives municipales. (4) 


3 mai 1899 La Société Philharmonique
Selon le journal L'Union, du 4 mai 1899, les membres de la Société Philharmonique s’installent dans leurs nouveaux locaux situés sur la rue Saint-Dominique près de la rue Cascades. Encore aujourd’hui, si vous déambulez dans cette rue vous reconnaîtrez le sigle SP, vestige d’une autre époque, apposé sur une vitre de la porte d’entrée.


140 ans de musique, un texte de Jean-Paul Grimard


12 mai 1899 T.-D. Bouchard et le théâtre
Nous connaissons Télesphore-Damien Bouchard comme étant un politicien redoutable et un homme d’affaires prospère. Mais on connaît peu son talent artistique. En effet, en mai 1899, il demande à la Ville de Saint-Hyacinthe d’utiliser la salle de théâtre située au deuxième étage du marché pour y présenter « Le fils du meunier », une pièce de théâtre dont il est l'auteur. (5) L’action de ce drame se déroule à Saint-Charles et St-Denis au temps des rébellions de 1837-1838.


Le théâtre maskoutain, un texte de Paul Foisy


14 septembre 1899 Une nouvelle et un tunnel sur la rue Girouard
Après des négociations entreprises conjointement par le maire de Saint-Hyacinthe et le président de la Chambre de commerce de Saint-Hyacinthe avec la direction de la compagnie du chemin de fer du G.T.R.(6), cette dernière fait parvenir une lettre à la Ville de Saint-Hyacinthe manifestant son intention de construire une nouvelle gare et d’aménager un tunnel sur la rue Girouard. (7) Ces projets seront réalisés dans les mois suivants.


28 décembre 1899 Municipalité du village de La Providence
Constituée le 28 décembre 1899 sous le nom de la Municipalité du village de La Providence, son territoire est alors détaché de celui de la Municipalité de la paroisse Notre-Dame-de-Saint-Hyacinthe. (8)


24 septembre 1900 Visite Sir Wilfrid Laurier, Premier ministre du Canada
Le journal L’Union indique que lors de la visite du Premier ministre Laurier, « les rues de la ville étaient superbement décorées de drapeaux ». (9) De son côté, le journal Le Courrier, nettement plus conservateur à cette époque, rapporte qu’une assistance « d’une douzaine de cent personnes sont sur place », qu’il n’y a pas ou peu d’enthousiasme et que finalement les orateurs qui proclament des lieux communs et de vieilles rengaines récoltent de maigres applaudissements.(10)


24 mai 1901 Décès de Mrg Moreau
Jour de tristesse à Saint-Hyacinthe alors que l’évêque de Saint-Hyacinthe, Mgr Louis-Zéphirin Moreau rend l’âme. « En janvier 1876, l’abbé Louis-Zéphirin Moreau, chargé de l’administration courante de l’évêché en l’absence de Mgr Larocque, lui succède comme évêque. Plusieurs initiatives marquent son épiscopat : la construction d’une cathédrale, la constitution d’un chapitre, la fondation des Sœurs de Saint-Joseph en 1877 et des Sœurs de Sainte-Marthe en 1883, la création de treize nouvelles paroisses et de vingt-deux établissements d’enseignement dans le diocèse de Saint-Hyacinthe. Mgr Moreau se mêle aussi d’affaires extérieures à l’évêché et se gagne une réputation de conciliateur. On lui reconnaît une aptitude à rapprocher les adversaires et à trouver un terrain d’entente. Il n’en demeure pas moins fidèle à ses idées. Nationaliste, il dénonce dans les années 1890 la province du Manitoba qui a aboli le système des écoles séparées et institué l’unilinguisme anglais en éducation. Le 10 mai 1987, sa renommée et les miracles qu’on lui attribue lui valent la béatification. » (11)


La béatification de Mgr Louis-Zéphirin Moreau


7 septembre 1901 L’automobile
Le journal L’Union, dans son édition du 7 septembre 1901 indique que l’automobile vient de faire son apparition à Saint-Hyacinthe. « C’est une voiture à un siège contenant deux passagers qui appartient à monsieur E. Guillet de Marieville ».


Photo 
Euclide-Henri Richer. Centre d’histoire de Saint-Hyacinthe, CH478.


Notes
(1) Ville de Saint-Hyacinthe. Procès-verbal du conseil municipal du 14 janvier 1898. Centre d’histoire de Saint-Hyacinthe.
(2) Ville de Saint-Hyacinthe. Index des documents déposés. Centre d’histoire de Saint-Hyacinthe, 1895-1899.
(3) Luc Cordeau. Saint-Hyacinthe, Ville d’annexions et de fusions. Document non publié. Centre d’histoire de Saint-Hyacinthe.
(4) Ville de Saint-Hyacinthe. Index des documents déposés. Centre d’histoire de Saint-Hyacinthe. 1895-1899.
(5) Ville de Saint-Hyacinthe. Index des documents déposés. Centre d’histoire de Saint-Hyacinthe. 1895-1899.
(6) « La Chambre de commerce ». Le Courrier de Saint-Hyacinthe, 17 février 1900, p. 1.
(7) Archives de la Ville de Saint-Hyacinthe, document no 154 année 1899, 15 septembre 1899.
(8) Luc Cordeau, Saint-Hyacinthe, Ville d’annexions et de fusions. Document non publié. Centre d’histoire de Saint-Hyacinthe.
(9) Résumé des nouvelles publiées dans « L’Union » de 1895 à 1912, p. 25 septembre 1900, p. 133.
(10) « L’assemblée de lundi ». Le Courrier de Saint-Hyacinthe, 27 septembre 1900, p. 1.
(11) Christine Hudon et Raoul Bergeron. « La religion ». Saint-Hyacinthe 1748-1998, p. 139.


Ce texte est le neuvième d’une grande série.


<<< Texte 8 Georges-Casimir Dessaulles                       Texte 10 Eugène St-Jacques (à venir)


Paul Foisy, juillet 2020