Cocktail météo édition 1961


Par Albert Rémillard
Publié dans Le Courrier de Saint-Hyacinthe le 28 janvier 1998.


Le samedi 25 et le dimanche 26 février 1961, une violente tempête s'est abattue sur la partie Est de la province, principalement à Saint-Hyacinthe et les paroisses avoisinantes. Voici d'après Le Courrier de Saint-Hyacinthe, Le Clairon de Saint-Hyacinthe et un communiqué de la Southern Canada Power, un compte rendu de cette tempête de pluie, de vent et de verglas.


Rien de comparable à celle des 5, 6 et 7 janvier 1998, cependant il est bon d'en rappeler certains détails.


Tôt dimanche matin [26 février 1961] on pouvait voir à plusieurs intersections de rues de la ville des barrages formés par des branches d'arbres qui obstruaient le passage. Les employés de la voirie municipale ont dû travailler une partie de la journée pour réparer ces dégâts et prévenir les accidents causés par la chaussée rendue glissante par le verglas.


Dans la ville de Saint-Hyacinthe des pannes d'eau, d'électricité et de téléphone ont été enregistrées dans la journée de samedi et de dimanche; cependant dès lundi midi la situation était revenue à la normale.


Au cours de la première semaine de mars, le service d'électricité a été rétabli progressivement dans les paroisses limitrophes de Sainte-Rosalie, Saint-Pie, Saint-Damase, Saint-Simon, Saint-Jude, Saint-Liboire et Sainte-Madeleine.


D'autres municipalités ont subi les mêmes dégâts que dans la région immédiate de Saint-Hyacinthe.


La région de Saint-Bruno, Saint-Hilaire, Beloeil et Otterburn Park a été alimentée de courant électrique dimanche soir alors que Sainte-Julie, Saint-Marc et Saint-Charles ont du attendre au mercredi et jeudi suivant pour recouvrer les services de l'électricité.


Au cours de la journée du lundi 27 mars on a rebranché partiellement Saint-Pie, Saint-Césaire et Rougemont. La section Marieville a du attendre le mercredi 1 mars pour recevoir l'électricité.


Dans les villes de Saint-Jean-sur-Richelieu, Napierville et Lacolle le service a été rétabli dans la soirée de dimanche, mais une interruption est  survenue le lundi, laquelle fut rétablie la journée même. Les paroisses de Saint-Jacques-le-Mineur Saint-Philippe et Sherrington ont obtenu le service lundi soir.


À Drummondville, le service a été rétabli dès le dimanche soir, pour la partie du centre-ville, alors que le mardi tout était redevenu normal.


Les régions d'Acton Vale et d'Upton n'ont aucunement été touchées par la tempête. Par contre, les abonnés de Saint-Guillaume, Saint-Hélène, Saint-Nazaire ont attendu jusqu'au jeudi 2 mars le retour de l'électricité.


Les régions situées au Sud du secteur dévasté, celle de Granby, Farnham, Bedford et Waterloo ont été épargnées par la tempête.


Selon le communiqué de la Southern Canada Power, alors propriétaire du réseau de distribution dans l'Est du Québec, les dommages ont été les suivants. Au-delà de 750 poteaux ont été mis à bas par le poids du verglas et la force des vents; 950 milles de lignes de distribution ont été mis hors de service; 42 000 abonnés dans 65 municipalités ont été privés d'électricité pour des périodes plus ou moins longues. Les pertes subies par la compagnie ont été évaluées à plus de 200 000 $.


Depuis le samedi [26 février 1961] alors que la tempête s'est déchaînée, des équipes de secours de la compagnie ont été mobilisées sans retard. À mesure que se continuait l'état d'urgence, des équipes additionnelles furent mandées de Sherbrooke, de Québec, du Nouveau-Brunswick et de l'état du Vermont portant ainsi la force d'urgence à quelque 600 hommes. Dès dimanche soir, le service était rétabli dans 85% de la région affectée.


Les entreprises qui ont prêté main forte aux équipes régulières de Southern Canada Power sont les suivantes : Citizen Utilities Co, de Newport Vermont, Central Vermont Public Service Commission, St. Albans, Tucker Compagny, Rutland, Vermont, Canadian Shade Tree, North Eastern Developpement et Canadian Osier Construction de Montréal et Saint-François Construction de Drummondville.


La compagnie terminait son communiqué de la façon suivante: « Nous de la compagnie Southern Canada Power sommes parfaitement conscients des graves ennuis qu'ont subis pluiseurs de nos abonnés à la suite de cette tempête. Nous voulons toutefois les assurer que rien n'a été épargné dans le but de rétablir le  service dans le  plus court délai et nous désirons les remercier très sincèrement  de leur généreuse compréhension ».


Voilà un petit rappel qui peut sembler inopportun, mais l'histoire étant ce qu'elle est, c'est-à-dire un perpétuel recommencement, il convenait d'en évoquer le souvenir.


Illustration: 
Caricature illustrant le communiqué du jeudi 3 mars 1961, de  la Southern Canada Power.