L'abbé Choquette et le Laboratoire officiel de la province de Québec
à Saint-Hyacinthe de 1888-1901 (1)


Par Gilles Bachand
Publié dans le Courrier de Saint-Hyacinthe le 14 février 2001.


Dans le dernier quart du 19e siècle, l'agriculture québécoise évolue d'une façon constante et rapide. La production laitière est en plein essor et elle transforme notre agriculture radicalement.

Autrefois axée sur des méthodes de productions archaïques, elle est confrontée à des changements majeurs, car elle doit s'adapter à de nouvelles cultures fourragères, de nouvelles méthodes d'entreposage des récoltes et à une hygiène devenue indispensable. Déjà en 1889 on retrouve plus de 2000 silos dans la campagne québécoise. Avec l'apparition des fromageries et des beurreries, elle doit répondre à des besoins de production de plus en plus performants et qualitatifs au niveau de la demande de ses produits qui sont dans bien des cas exportés vers l'Angleterre.

C'est dans ce contexte et à la suggestion des dirigeants de la Société d'Industrie Laitière de la province de Québec, qu'Honoré Mercier va mettre de l'avant le projet d'un Laboratoire agricole provincial en 1888.
Le projet de loi se lisait comme ceci : 1888 Victoria 51-52 « Attendu que l'établissement d'une station expérimentale munie d'un laboratoire de chimie agricole serait d'un grand avantage pour les cultivateurs de la province. La section 5 de l'acte Victoria chapitre 7, est amendée afin de permettre l'établissement de cette station expérimentale, munie d'un laboratoire de chimie agricole. »

Honoré Mercier en fait l'annonce lors d'une visite à Saint-Hyacinthe en octobre 1888. Comme tout bon déplacement de politicien à l'époque, ceci se fait d'une façon pompeuse avec tout le cérémonial requis, discours à divers endroits de la ville, réception, fanfare, plusieurs ministres accompagnent le Premier ministre, même le lieutenant-gouverneur Angers est de la partie.

Une rencontre est organisée avec les dirigeants du Séminaire pour discuter de l'éventuelle possibilité d'installer ce laboratoire d'analyse chimique au Collège de Saint-Hyacinthe. Il ne faut pas oublier que Mercier à fait ses études au Séminaire. Ce n'est qu'en 1889, précisément le 19 juin, lors d'une visite au Séminaire, qu'Honoré Mercier confirme l'établissement d'une station expérimentale d'analyse chimique dans cette institution.

Voici comment les faits sont relatés par l'abbé Tétreau dans ses Chroniques du Séminaire. « 19 juin 1889 : Les ministres de la province de Québec avec le président et les greffiers des deux chambres et d'autres personnages influents, nous ont honorés de leurs visites cette après-midi. Le Premier ministre a annoncé en paroles flatteuses l'établissement d'une station expérimentale d'analyse chimique dans notre laboratoire sous la direction de l'abbé Choquette, mais aux frais du ministre de l'agriculture. C'est le résultat de longues négociations. Nous espérons que notre vaste région agricole en tirera de grands profits. »

L'abbé Choquette devient donc en quelque sorte le premier fonctionnaire du ministère de l'agriculture à Saint-Hyacinthe. N'oublions pas que l'École de Laiterie ne sera fondée qu'en 1892, et qu'elle sera sous la responsabilité de la Société d'Industrie Laitière jusqu'en 1905, alors qu'une nouvelle école sera construite. Cette école étant sous le giron du ministère.

Mais en fait qui était donc cet abbé Choquette? L'abbé Choquette naquit à Belœil le 9 décembre 1856, il était le fils de Joseph Choquette et de Thaïs Audet. Il fit ses études classiques et théologiques au Séminaire de Saint-Hyacinthe et il y fut ordonné prêtre, par monseigneur Louis-Zéphirin Moreau, le 19 septembre 1880. Il est immédiatement nommé professeur de sciences. En 1885 il part pour un stage d'étude de la Physique à la Sorbonne et à l'Institut catholique de Paris. À son retour, il continue d'enseigner les sciences au Séminaire.

C'est donc un professeur qui peut exposer les plus récentes théories scientifiques de l'époque à ses élèves. En 1889, il mettra sur pied un laboratoire de chimie agricole au Séminaire à la demande du commissaire de l'agriculture; en 1895 ce laboratoire deviendra le Laboratoire officiel de la province de Québec, il quittera ce poste en 1900. Il sera aussi professeur de chimie à l'École de Laiterie à partir de 1893 et pour plusieurs années subséquentes.


Photo:
Personnage impliqué dans la mise en service du Laboratoire du Québec à Saint-Hyacinthe : le Premier ministre du Québec de l’époque : Honoré Mercier (1840-1894).
Collection Centre d'histoire de Saint-Hyacinthe.

Cet article est le premier d'une série de trois.

Article 2 >>