La compagnie de
Biscuits de Saint-Hyacinthe


Par André Gilbert
Publié dans le Courrier de Saint-Hyacinthe le 14 décembre 2005.


Dans Le Courrier de Saint-Hyacinthe du 10 juin 1911, on peut lire un petit article concernant l’implantation d’une nouvelle manufacture : « LA COMPAGNIE DE BISCUITS DE ST-HYACINTHE LIMITÉE » qui sera en opération prochainement au village La Providence. Notre ancien concitoyen monsieur Aimé Langevin a la direction technique de l'établissement. »


Le 1er mai 1911, monsieur Arthur Flibotte, commerçant et propriétaire d'un terrain à La Providence, vend à la Compagnie de Biscuits Limitée, un terrain avec les bâtiments situés sur la rue Sainte-Anne (aujourd'hui rue Bourdages Sud angle Saint-Pierre, actuellement, où est situé le siège social de la Caisse Populaire de la Vallée maskoutaine). La Compagnie de Biscuits Limitée est représentée par monsieur Pierre Denis, (percepteur du revenu pour le gouvernement) qui demeure lui aussi à La Providence, monsieur François-Alfred Brodeur (comptable), résident de La Providence, en est le secrétaire et tous deux sont autorisés à acquérir au nom de la Cie l'immeuble situé au 5-7 rue Sainte-Anne.


Le bureau de direction de la compagnie est composé de monsieur Pierre Denis président, monsieur A. Lassonde vice-président et gérant, monsieur Alfred Brodeur comptable, monsieur T.-D. Bouchard secrétaire (à noter que monsieur. T.-D. Bouchard est aussi greffier à la ville de Saint-Hyacinthe en 1911). La Cie est officiellement incorporée en avril 1911, avec un capital de 50 000 $ et obtient une exemption de taxe de la ville.


Plusieurs actionnaires ont souscrit à l’entreprise dont voici quelques noms : Aimé Langevin quinze actions, F.A. Brodeur dix actions, Elzéar Lemonde dix actions, Adolphe Gladu cinq actions, Napoléon Roy cinq actions, Eugène Lalime une action. Une action vaut 100 $. Le 4 mai 1911, le bureau de direction fait parvenir une lettre à monsieur Emery Lemoine confiseur de Montréal, dans le but d'obtenir ses services. Dans cette lettre, il est fait mention d’un salaire de 17 $ par semaine, garantie pour un an, sous condition de bonne conduite et de donner satisfaction au travail pour commencer aussitôt que possible, c'est-à-dire dans quatre à cinq semaines aussitôt que la Cie sera en vigueur. Monsieur Emery Lemoine confiseur, accepte l'offre et déménage à Saint-Hyacinthe pour commencer le travail en mai 1911.


Après trois mois d'opération, la Cie fabrique des biscuits de toutes sortes et 42 personnes sont employées dans ses ateliers. Elle paie 1 000 $ de salaire par mois. Déjà son chiffre d'affaire s'élève à plus de 2 000 $ par semaine. Elle est la seule compagnie de la province donnant des noms français à ces produits et aussi l’une des rares entreprises qui insère dans des boîtes la marchandise à expédier, ces boîtes étant fabriquées dans ses ateliers. Les produits sont vendus par un seul représentant monsieur E. Lassonde, actionnaire et fondateur de la compagnie.


Au fil des ans s’ajoutent d'autres actionnaires, comme messieurs P. F. Payan, L P. Morin, Joseph Huette et bien d'autres encore.


Voici quelques fournisseurs de la compagnie de biscuits : Imperial Oil Company Limited pour la cire, Demers & Cooney pour le bois et le charbon, Davis & Lawrence Co. pour la farine, The Yamaska Paper Box pour le papier, Garner & Son pour la machinerie, L.P.Morin pour les boîtes, The Joliette Preserving Co. pour le sirop, la mélasse et le miel, Hudon & Orsalie pour les liqueurs et le thé, Fred A. Lallement Co. pour la farine raffinée, F.X.Gagnon provisions diverses, O.N.Fréchette pour la farine, L.Schepp Cie pour la noix de coco… et plusieurs autres fournisseurs.


Malheureusement, après onze mois d’opération, la compagnie doit déclarer faillite. Certains actionnaires importants retirent leurs capitaux. Le 4 avril 1912, dans Le Courrier de Saint-Hyacinthe, un avis du juge Tellier de la Cour supérieure mentionne la liquidation de l’entreprise par monsieur L.P. Morin requérant. Monsieur René Morin, notaire, est nommé liquidateur, accompagné de monsieur P.A. Gagnon, comptable licencié de Montréal pour l’examen des livres et des avocats Ernest Fontaine, J.O. Beauregard, V.E. Fontaine.


Le produit de la vente de l’immeuble et des machineries s’élève à 6 015 $. L’immeuble et la machinerie sont vendus à monsieur Adélard Gladu qui a formé une nouvelle compagnie de biscuits et boulangerie sous le nom de Cie Gladu & Demers Ltée. En 1919, l’entreprise porte le nom de Cie de biscuits Nationale Ltée. Il y a donc eu dans cette usine de biscuits de La Providence, trois propriétaires différents en neuf ans.


Photo :
Intérieur de la fabrique de biscuits, vers 1917. Photographie de H. Desnoyers, Saint-Hyacinthe. Fonds : Antoinette Bonin-Halstead, Collection Centre d’histoire de Saint-Hyacinthe.