La paroisse Sacré-Cœur-de-Jésus (2)


Par Albert Rémillard
Publié dans Le Courrier de Saint-Hyacinthe le 2 juillet 1996.


Le deuxième événement à retenir notre attention est décrit le 23 décembre 1948 : “Son Excellence Mgr Arthur Douville, évêque de Saint-Hyacinthe bénissait dimanche dernier, [19 décembre 1948] le nouveau carillon de l’église Notre-Dame-du-Sacré-Coeur [sic] de cette ville. Il était assisté de monsieur l’abbé François-Xavier Leblanc, curé de Notre-Dame-du-Très-Saint-Sacrement et de monsieur le chanoine Cléophas-Donat Cournoyer, curé de Notre-Dame-du-Sacré-Coeur. La bénédiction fut dirigée par monsieur l’abbé Gaston Girouard, cérémoniaire à l’évêché.


Le nouveau carillon, fondu par la maison Louis Bollé, d’Orléans, France, a été acheté de l’établissement Dominique Cogné, Montréal. Il se compose de trois cloches. La première rend le son de fa, pèse 2,100 livres et porte le nom Jésus. La deuxième pèse 1,475 livres, porte le nom Marie et rend le son de sol. La troisième porte le nom de Joseph, rend le son de la et pèse 1,050 livres.

Et, en date du 18 mars 1949, nous lisons : “La bénédiction solennelle de l’orgue de la paroisse du Sacré-Coeur, de cette ville, a donné lieu dimanche dernier, (14 mars) à une belle cérémonie, présidée par Mgr Victor Quintal, p.d., vicaire général du diocèse. L’instrument est de marque Casavant, fabriqué à Saint-Hyacinthe, et il compte douze jeux.
[Notes : D’après le contrat signé entre la Paroisse et la Maison Casavant : cet orgue porte le numéro d’opus Casavant 1932; il comporte 12 jeux, 2 claviers et 3 pédales. Les jeux du Grand Orgue sont au nombre de 4; les jeux de Récit sont au nombre de 6; les jeux de Pédale sont au nombre de 2. Les buffets de l’orgue en merisier de 9 par 8 par 12 pieds de haut d’après le modèle no. 129-D, seront modifiés au besoin pour convenir au local, avec tuyaux de façade bronzés. L’orgue sera divisé en deux, une partie de chaque côté du jubé, et la console détachée, près de la balustrade. Cet orgue a été acquis pour une somme de 10 300,00$. En septembre 1991, on fit effectuer certaines réparations, rendues nécessaires par l’utilisation de l’instrument. Cependant, ces dites réparations n’ont pas altéré la facture originale de l’orgue. La somme totale de ces réparations s’élevait à 12 705,00$]


Au cours d’une allocution de circonstance, Mgr Quintal fit l’historique de l’orgue. Au concert sacré, M. Gaston Arel, organiste à la cathédrale, interpréta quatre jolies pièces. La cérémonie se termina par le Salut au Très Saint-Sacrement.


Ce sont là les principaux événements fondamentaux, à caractère solennel, qui ont marqué l’établissement de la paroisse Sacré-Coeur de Jésus de Saint-Hyacinthe.


Après le concile Vatican II, on a adapté l’intérieur de l’église en accord avec les prescription nouvelles, sans toutefois y apporter des transformations majeures.

En 1982, on a refait la peinture extérieure du bâtiment; cependant, qu’en 1987, on procéda à une rénovation complète de l’intérieur de l’église. Ces rénovations ont été réalisées par la maison Guilmaine et Frères Inc de Saint-Hyacinthe, selon les plans  et devis de Jean Meunier. Les sous-contractants pour la peinture furent Bernard Lavallée inc et G. Lapierre et Fils pour l’ébénisterie.


À cette occasion, la grande générosité de plusieurs paroissiens se manifesta plus ouvertement et si quelques-uns offrirent à la paroisse des dons substantiels en argent, d’autres donnèrent de leur temps et de leur personne à l’organisation des diverses activités qui ont concouru à amasser les fonds nécessaires au paiement de ces travaux.


On ne saurait passer sous silence les dons, en oeuvres d’art, offerts à la paroisse par monsieur Gérard P. Breton, artiste maskoutain. Ces oeuvres qui ornent l’intérieur de l’église du Sacré-Coeur sont au nombre de 17, réparties en trois catégories : 8 sculptures; 5 toiles; 4 peintures sur bois.

Le service du culte religieux a été assuré par cinq curés, assistés de 10 vicaires (1950-1978) et de 4 vicaires dominicaux (1978 à date). Ces pasteurs ont su donner à la paroisse son élan et son style distinctifs, qui encore aujourd’hui font de Sacré-Coeur-de-Jésus une paroisse très dynamique.


Photo:
Intérieur de l’église du Sacré-Coeur, prise en décembre 1955. Les transformations rendues nécessaires par l’adaptation à Vatican II ne sont pas encore réalisées .
Collection Centre d'histoire de Saint-Hyacinthe, CH116, Studio Lumière.


Cet article est le deuxième d'une série de trois.


<< Article 1                                 Article 3 >>