La Porte des anciens Maires (1)


Par Claire Lachance
Publié dans le Courrier de Saint-Hyacinthe le 5 avril 1978


Témoin cinquantenaire de la vie des Maskoutains, la Porte des Maires, fut inaugurée le 29 septembre 1927. 


Dans le deuxième tome de ses Mémoires, écrits en 1960 et intitulée « Quarante ans dans la tourmente politico-religieuse », M. T.-Damien Bouchard, alors maire de la cité, nous parle, entre autres, des améliorations communales qu’il préconisait, durant les années 1926-1927, pour l’embellissement de la ville, de ses rues et de ses parcs.


Très variés, ces projets étaient de nature à venir en aide au bien-être de la collectivité. L’un d’entre eux touchait à la santé publique par l’établissement de dispensaires antituberculeux et d’une Unité sanitaire. L’ancien Hôpital St-Charles devenu vétuste et exigu pour les besoins de la population, qui s’élevait à ce moment aux environs de 12 000 habitants, une requête fut faite au Conseil de ville, le 27 déc. 1927, afin d’amender la charte qui permettrait l’annexion du terrain où serait construit le nouvel hôpital. Celui-ci ouvrira ses portes le 13 février 1930.


Un deuxième projet visait surtout à favoriser le mieux-être de cette même collectivité. Il fut orienté vers l’amélioration de certains parcs publics et la création de nouveaux. L’ancienne usine disgracieuse et polluante de la Compagnie de gaz fit place à un jardin public dans ce quartier ouvrier. De même, l’enclos de bêtes à cornes, situé tout près de la gare de chemin de fer, vit surgir sur son emplacement un terrain de jeux contenant échelles, balançoires et mâts destinés aux ébats des enfants avec un parc planté d’arbres en bordure.


Cette même année, la municipalité se porta acquéreur de l’hippodrome Laframboise et se réserva un grand terrain adjacent afin d’y construire une immense piscine, accessible aux personnes de tous les âges. De forme ovale, mesurant 250 pi. de longueur, avec une profondeur variant de 8 pieds à 6 pouces sur le pourtour, on disait de cette piscine qu’elle était alors la plus grande au Canada. Tout à côté, le « Parc du Bois des Pins » fut aménagé pour le plaisir de la détente. Ce bosquet, planté de grands pins blancs, d’ormes et de chênes, est aujourd’hui, avec les jardins du Séminaire une des rares concentrations d’arbres descendants de la forêt domaniale de la Yamaska. Pendant quelques siècles, et cela sous les deux régimes, ces magnifiques arbres reconnus pour leur durabilité, furent réquisitionnés pour la construction des quais et des navires du Roi.


À l’autre bout de la ville, le parc Louis Côté subit, luis aussi, une toilette d’enjolivement qu’un évènement spécial allait mettre au premier plan. En effet, l’Honorable Georges-Casimir Dessaulles, ancien maire pendant 25 ans, député puis Sénateur, allait avoir cent ans sous peu et pour célébrer l’évènement avec solennité, le Conseil projeta la construction d’une Porte monumentale sise à l’entrée de la ville. Ce monument devait rendre hommage à l’esprit civique et au dévouement éclairé des onze maires qui depuis le début de Saint-Hyacinthe, avaient fait profiter la population du fruit de leurs labeurs.


Il fut donc décidé, à la séance du Conseil municipal du 26 juillet 1927, d’adopter le projet proposé la semaine précédente par l’échevin Richer et secondé par l’échevin Pagé. Étaient présents à cette séance : le maire T.-D. Bouchard, les échevins : Joseph L’archevêque, Joseph Godbout, Albert Chevalier, Dr. J. Henri Pagé, Paul F. Payan, Jos.-L. Guillet, Victor Hébert, Paul Richer, J.B. Létourneau et le greffier G. René Richer.


Contenu dans le livre no 17 des minutes, le règlement no 363 ordonnait la construction de cette porte commémorative. Après l’énoncé de sept « attendus », il est statué et résolu par règlement de ce Conseil ce qui suit, savoir :

1. « Une porte monumentale sera érigée aux limites de la cité, à l’entrée sud-ouest de la ville, située à l’une des extrémités du boulevard Girouard, en commémoration du centenaire de l’Honorable Georges-Casimir Dessaulles et en l’honneur des anciens maires de la ville suivant les plans et devis préparés par G. René Richer, architecte de la cité, signés en date du 18 juillet de l’année 1927 et dont une copie est annexée au présent règlement comme cédule A.

​2. Ce monument devra porter au moins une plaque en métal durable indiquant qu’il a été construit en l’honneur des anciens maires de la ville de Saint-Hyacinthe et en commémoration du centenaire de l’Honorable Georges-Casimir Dessaulles et les noms de onze premiers maires de la cité, soit Messieurs Louis-A. Dessaulles, Maurice Laframboise, Magloire Turcot, Adolphe Mailhot, G. Casimir Dessaulles, Louis F. Morison, Louis Côté, Euclide H. Richer, Eugène St-Jacques, Paul F. Payan et René Morin, devront être inscrits sur cette plaque avec les années pendant lesquelles ils ont occupé la charge de premier magistrat de la municipalité.

3. ​​Cette porte devra être construite aussitôt que faire se pourra pour en dévoiler les plaques commémoratives le ou vers le vingt-neuf septembre de l’année courante, date de l’anniversaire de naissance de l’Honorable Sénateur Dessaulles.

4. Une somme n’excédant pas huit mille dollars est, par le présent règlement, appropriée à cette fin et est mise à la disposition des Parcs, ce monument devant faire partie de l’aménagement du Parc Côté qui sera prolongé aussitôt que faire se pourra jusqu’aux limites sud-ouest de la Cité.


5. Cette somme sera payable à même les revenus ordinaires de la cité pour l’année 1927 et au cas de l’insuffisance de ces revenus, il est par le présent règlement, imposé sur les biens imposables de la Cité une taxe suffisante pour parfaire le paiement de la dite somme de huit mille dollars.


6. Un comité composé du maire de la ville, du président des finances et du président du comité des parcs, ayant pourvoir de s’adjoindre d’autres personnes, est autorisé à prélever une souscription publique pour enjoliver le dit monument et payer tout excédent de la somme de huit mille dollars, montant maximum approprié par le présent règlement.


7. Le présent règlement aura force et effet suivant les dispositions de la charte et des règlements actuellement en vigueur de la cité. »


L’adoption se fit sur division, les échevins Hébert, Chevalier, L’Archevêque et Létourneau votant contre.


Dès le 30 juillet, des avis publics annonçant la passation du règlement no 363 et signés par le greffier sont affichés dans son bureau et sur la façade nord-ouest du Marché-Centre.


Disons brièvement quelques mots de cette Porte et nous verrons dans un prochain article les devis de l’architecte. Le plan s’inspire des châteaux de la première partie de la Renaissance française (1509-1531) au temps des Rois Louis XII et François 1er. Cette période a vu s’élever les élégants châteaux de la Loire dont : Azay-le-Rideau, Blois, Chambord, Chenonceaux. À ce moment les grosses tours n’ayant plus comme au Moyen-Âge un rôle défensif, elles sont allégées pour devenir de gracieuses tourelles et le mâchicoulis est conservé uniquement comme décoration.


Photo
La Porte des anciens Maires en 1930.
Collection Centre d'histoire de Saint-Hyacinthe, CH478.


Références
Mémoires de T.D. Bouchard
Archives de l’Hôtel-de-Ville

Cet article est le premier d'une série de sept.

Article 2 >>