140 ans de musique!


L'Orchestre Philharmonique célèbre ses 140 ans cette année. En avril 1979, monsieur Jean-Paul Grimard publiait un article sur les 100 ans de cet organisme. Petit retour en arrière pour rendre hommages à cette institution maskouitaine!


*****


Par Jean-Paul Grimard
Publié dans Le Courrier de Saint-Hyacinthe le 25 avril 1979.

Le 4 avril dernier devant une assistance très intéressée et très attentive, Me Gérald Locas nous a fait revivre 100 ans d’histoire au cours de laquelle les événements tristes, joyeux et cocasses se sont succédé à un rythme régulier tout au long de ce siècle. 


De Eusèbe Brodeur, en passant par Calixa Lavallée, Léon Ringuet, les familles Ledoux et St-Amand jusqu’à aujourd’hui, Saint-Hyacinthe a presque toujours été au premier rang de l’évolution et de la culture musicale. De la musique classique à la musique disco sans oublier le Jazz, le Charleston, le Rock, l’Opéra, la comédie musicale et la chanson dite populaire, un grand nombre de Maskoutains se sont illustrés et y ont laissé leur marque. 


Saint-Hyacinthe ayant été choyée par l’arrivée des congrégations religieuses qui ici, ont fondé des maisons d’enseignement de réputation internationale, notre ville et notre région ont également profité de l’esprit d’initiative des religieuses qui ont d’abord enseigné le piano et les rudiments de la musique, ce qui en quelque sorte, a insufflé le goût de la musique à la population du temps et ce goût s’est transmis d’une génération à l’autre. 


Saint-Hyacinthe est innovatrice dans le monde de la musique. Berceau de l’orgue par les frères Casavant, sa fanfare, la Société Philharmonique fut la première à posséder la « famille des saxophones », laquelle fut incorporée par le « père de la musique » chez nous, feu Léon Ringuet, dont un des fils Adrien fut secrétaire de la fanfare pendant 25 ans. 


La Société Philharmonique qui est la plus ancienne fanfare au Canada, a produit des musiciens dont les services sont aujourd’hui demandés par plusieurs artistes internationaux, lorsque ces derniers sont au Québec pour y donner une série de concerts ou de spectacles. 


Si la Philharmonique a survécu à travers les décennies, c’est parce qu’elle a su s’adapter aux nombreux changements dans le domaine de la musique, à ces changements de rythmes qui nous ont fait entendre du classique et du gogo, et aussi, parce qu’elle a su profiter des talents de la gent féminine qu’elle a su amener et incorporer dans ses rangs depuis quelques années. 


Le « Centenaire de la Philharmonique » se doit d’être l’événement majeur dans notre ville en 1979 et tous les membres de ce corps musical et en particulier les responsables des fêtes, souhaitent ardemment la participation de la population tout au long des quinze jours que dureront les célébrations, soit du 17 au 30 juin 1979. 


1879-1979, un siècle d’existence, 100 ans de travail, de persévérance, de courage et de dévouement, voilà de quoi susciter l’enthousiasme et l’appui de toute une population. 


Oeuvre sociale


La Société Philharmonique par son cadre juridique, par ses membres et son but, est une œuvre sociale qui doit tenir une place importante dans notre collectivité et elle devrait être considérée d’un point de vue artistique, comme une œuvre qui collabore au développement culturel et social de notre communauté. 


Aujourd’hui, une ville de l’importance et de l’envergure de Saint-Hyacinthe se doit de posséder un ensemble musical du type de la Philharmonique qui, par son enseignement musical, son administration par des bénévoles, par la tâche qui lui incombe d’égayer la population, présente à tous les citoyens une forme de divertissement qui doit prendre une place de plus en plus grande dans un monde de loisir culturel que d’autres bénévoles ont mis sur pied au cours des dernières années. 


La Société Philharmonique doit être un fleuron de plus à la couronne sociale de notre ville et la plaque tournante de la culture musicale dans un milieu qui a produit de très grands musiciens dont Saint-Hyacinthe se fait fière et orgueilleuse de citer les noms dans une histoire qui est d’une richesse inestimable. 


La Société Philharmonique notre fanfare, se fait forte de prouver son dynamisme et de démontrer son esprit d’initiative au cours des prochaines semaines en mettant la dernière main à un programme des festivités qui sera à la portée de tous les Maskoutains au cours du mois de juin prochain et auquel toute la population est invitée à prendre part et à célébrer.


Le centenaire de la Société Philharmonique est l’affaire de tous les citoyens de notre ville et chacun doit être fier de dire que chez nous les institutions sérieuses, vigilantes et bien structurées, sont là pour y rester et pour procurer un sain divertissement à une population qui doit être active et éveillée à la culture musicale. 


N’oublions surtout pas que : "100 ans, ça se fête".


Le comité organisateur
Jean-Paul Grimard, rel. pub.

Photo:
La Philharmonique vers 1900.
B.J. Hébert, Centre d'histoire de Saint-Hyacinthe CH085