La St-Jean-Baptiste il y a 100 ans - juin 1910 (1)


Par Luc Cordeau
Publié dans le Courrier de Saint-Hyacinthe le 24 juin 2010


En ce jour de la Fête Nationale des Québécois, la Saint-Jean-Baptiste, un petit clin d’œil sur cette fête célébrée avec faste à Saint-Hyacinthe il y a cent ans. «La St-Jean-Baptiste sera fêtée à Saint-Hyacinthe le 20 juin prochain. Messieurs Alphonse Gervais et Marsan sont à recueillir des souscriptions à cet effet», journal La Tribune, Saint-Hyacinthe, 27 mai 1910.


Les 4 et 10 juin suivant, dans le même journal, «Les citoyens de Saint-Hyacinthe et des environs seront heureux d’apprendre que la fête de la St-Jean-Baptiste ne passera pas inaperçue comme les autres années. […] Nos fêtes de la St-Jean-Baptiste ont certes des défauts, mais elles ont au moins le bon effet de nous rappeler quelques pages de notre histoire. C’est une des raisons pour lesquelles, on devrait bannir complètement les «chars-réclame» de la procession. Espérons que l’on inaugurera dès cette année, cette importante réforme. Ce jour là, les individus doivent s’oublier au profit de la nationalité tout entière. Dans notre histoire nationale, nous avons de beaux modèles d’héroïsme, de véritable amour du pays, de courage et d’honnêteté. Lorsque sera disparu l’éclat des pièces pyrotechniques et que le bruit des pétards sera tu, au grand silence du lendemain, ce sera alors le moment propice de commencer à mettre en pratique les leçons tirées de notre histoire. […] Autrement, nous deviendront ridicules, si nous ne le sommes déjà, en renfermant tout notre patriotisme dans quelques douzaines de fusées et cinq à six «grosses» de pétards ».


Journal Le Courrier de Saint-Hyacinthe, samedi 18 juin 1910 : « Saint-Hyacinthe se prépare à fêter dignement la St-Jean-Baptiste. Nous avons à cœur, dans une ville aussi française que la nôtre, l’une des plus françaises de la province, d’exalter par une grandiose manifestation, nos sentiments patriotiques et religieux. Dans une assemblée publique tenue il y a deux semaines à l’Hôtel de Ville, les citoyens présents décidèrent la célébration de la fête patronale canadienne française, et en fixèrent la date au 20 juin courant, lundi prochain. On nomma [notamment] les officiers suivants : [présidents honoraires, le sénateur Georges-Casimir Dessaulles, Aimé-Majorique Beauparlant, député fédéral, et Henri Bourassa, député provincial], président, A. Viger, médecin, Alphonse Gervais, organisateur en chef. Un comité général et des sous comités furent choisis et depuis cette date eurent lieu chaque soir, à l’Hôtel de Ville, des réunions ou fut élaboré le programme de cette importante journée. Nous pouvons dire que ce sera l’une des plus belles fêtes que nous ayons eues à Saint-Hyacinthe».


Afin d’assurer le succès de cette fête, le Conseil municipal de la Ville de Saint-Hyacinthe a fait la proclamation suivante, journal L’Union, Saint-Hyacinthe, vendredi 17 juin 1910 : «Proclamation – Attendu qu’il a été décidé par le comité de l’Association Saint-Jean-Baptiste de la cité de Saint-Hyacinthe de célébrer la fête nationale des Canadiens-français le lundi 20 juin courant, et attendu que notre Conseil-de-Ville désire que cette fête soit chômée avec le plus d’éclat possible, de l’avis et du consentement des membres du dit Conseil, nous proclamons par la présente, le lundi 20 juin courant, jour de fête civique et de congé public, et demandons à tous les citoyens de la ville de Saint-Hyacinthe de l’observer comme tel. – Donné à l’Hôtel-de-Ville ce dix-huitième jour de juin 1910. Paul F. Payan, maire»


Les journaux locaux n’ont pas manqué de publiciser l’événement et de lancer des invitations à la population : Le Courrier, 18 juin : «La journée sera bien occupée. Chaque attraction étant organisée par un comité spécial, on peut assurer que tout se passera dans l’ordre le plus parfait. Nos places et monuments publics arboreront ce jour là, leur pavois de grande fête et tous les Canadiens se feront un honneur de décorer leurs résidences à nos couleurs. Tous nos amis des localités environnantes, tous les étrangers, qui nous ferons le plaisir de venir participer à cette fête, seront les bienvenus et garderont longtemps le souvenir de la journée passée sur les rives de l’Yamaska. Les compagnies de chemin de fer accordent des billets de faveur allée et retour, prix passage simple, valable du samedi matin au mardi soir». Journal L’Union, 17 juin : «Les propriétaires ou occupants de maisons sur le parcours de la procession de la St-Jean-Baptiste sont spécialement invités à décorer leurs maisons. Le Comité de la Célébration de la St-Jean-Baptiste invite tous les propriétaires de yatchs et autres embarcations de la rivière Yamaska à décorer leurs embarcations de lanternes le soir du 20 juin. Le feu d’artifice sera lancé du côté sud de la rivière à Notre-Dame, et l’éclat de cette nuit sera relevé par le défilé des bateaux illuminés». Les fêtes ont débutés la veille, le dimanche soir 19 juin, par le feu de la Saint-Jean.


Illustration:
Affiche du programme des fêtes.
Collection Centre d'histoire de Saint-Hyacinthe.

Cet article est le premier d'une série de deux.

                                                      Article 2 >>