Maisons de la rue Girouard (11)
Maison Jacques Lafontaine


Par France Labossière
​Publié dans Le Courrier de Saint-Hyacinthe le 1er avril 2010.


Maison Jacques Lafontaine


« L’honorable M.-Esdras Bernier décéda en 1921, dans sa vieille maison de la rue Girouard,
érigée sur l’emplacement qu’occupe aujourd’hui la propriété du notaire Jacques Lafontaine, ancien maire de St-Hyacinthe. » Camille Madore, Le Courrier, 11 décembre 1974.


Effectivement, deux maisons et deux notaires importants occupèrent l’emplacement du 2805 Girouard Ouest. D’abord, le notaire Michel-Esdras Bernier qui achète en 1866 une maison, propriété de Paul Mondor qui, d’après le recensement de 1856 de la paroisse Notre-Dame pratiquait le métier de potier : « Paul Mondor…vend, cède…à Michel-Esdras Bernier, étudiant de la dite paroisse…un terrain situé au bord de la rivière Yamaska, en la dite paroisse de St-Hyacinthe, de quarante-cinq pieds de front,…tenant devant au Chemin de la Reine, en profondeur à la dite rivière, d’un côté à terre du Séminaire de St-Hyacinthe et de l’autre côté à Joseph Charbonneau, avec une maison dessus construite. »


Né à Saint-Hyacinthe en 1841, Michel-Esdras Bernier étudie au Séminaire de Saint-Hyacinthe, entre comme stagiaire au bureau du notaire Horace St-Germain, est admis à la pratique du notariat en 1867 et s’associe au notaire Joseph Morin puis au notaire François Borduas vers 1900. Il occupe plusieurs fonctions importantes telles que : président de la Chambre des notaires de 1882 à 1885, secrétaire-trésorier des Commissions municipale et scolaire de la paroisse de Saint-Hyacinthe de 1864 à 1878 en plus de diriger à titre de directeur, la Banque de Saint-Hyacinthe, la Compagnie manufacturière, la Compagnie d’éclairage au gaz et le Chemin de fer des Comtés-Unis.


Le notaire Bernier s’est également illustré dans le domaine de la politique. Libéral, il est élu député fédéral en 1882 contre l’avocat Louis Tellier et réélu à quatre autres reprises soit en 1887, 1891, 1896 et 1900.  Ses succès l’amènent à devenir ministre du Revenu de l’Intérieur dans le gouvernement de Sir Wilfrid Laurier.


En plus de toutes ces occupations, Maître Bernier est un propriétaire foncier important, comme en témoignent les abondantes transactions immobilières qu’il effectue au fil des ans. Il deviendra propriétaire en 1881 d’un vaste domaine à La Providence. Sa propriété de la rue Girouard servira à loger sa mère madame veuve Étienne Bernier, et sa sœur Marie, comme l’indiquent les bottins de 1885 et 1904. Sa fille Ernestine en deviendra propriétaire en 1908 et cette dernière la vendra à son tour en 1928 au notaire Léonidas Antoine Brunelle qui l’aura en sa possession une dizaine d’années avant de la céder en 1940 à monsieur Maurice Lazard, gérant de compagnies d’assurance puis à Arthur Maurice, industriel, en 1947.


Le contrat notarié de 1947 indique une maison en bois avec garage mais aucun contrat notarié consulté antérieur ne donne de description précise de la maison. Les plans d’assurance par contre indiquent clairement sur le site, au même endroit, une maison d’un étage et demi en 1916, puis une maison de deux étages et demi en 1950. On peut donc en déduire qu’entre ces deux dates, la maison d’origine a soit été démolie pour faire place à la maison actuelle, ou bien qu’un étage additionnel a été ajouté à la structure initiale, ce qui semble plus plausible.


En effet, le style de la maison est géorgien de par son allure, sa masse volumétrique et des éléments tel le fronton surmontant l’entrée principale. Par contre, on note la présence d’une seule cheminée latérale et une distribution irrégulière des ouvertures, ce qui donne un effet asymétrique contraire à l’esprit géorgien. Le fait que les fenêtres ne soient pas distribuées à un rythme régulier peut nous faire penser que la composition a été conçue en fonction du premier étage déjà existant, ce qui a amené quelques contraintes au niveau de la conception de la résidence. Malgré tout, cette résidence demeure un bel exemple d’un style américain qui a connu un renouveau au XXe siècle. Des travaux d’agrandissement plus récents à l’arrière de la maison n’ont en rien altéré l’authenticité de cette demeure qui a conservé, comme en témoignent les photographies, son cachet d’origine.


Le notaire Jacques Lafontaine achète la propriété de monsieur Maurice, en 1951. Né à Saint-Hugues en 1912, il étudie au Séminaire de Saint-Hyacinthe puis à l’Université de Montréal. Il obtient sa licence en droit en 1938 et est admis à la Chambre des notaires en 1939. Comme son prédécesseur Michel-Esdras Bernier, Maître Lafontaine occupera plusieurs postes importants tels que : président du comité exécutif et membre du conseil d’administration de la Société d’agriculture, président et administrateur des Carrières de Saint-Dominique, vice-président et directeur des Immeubles Rouville Inc., directeur de Radio Saint-Hyacinthe Ltée, vice-président de Machinerie Omega Ltée, etc.


Monsieur Lafontaine sera maire de la ville de Saint-Hyacinthe de 1958 à 1968, élu par acclamation à cinq reprises.


Photos :
Centre d’histoire de Saint-Hyacinthe, CH116 Studio Lumière, 1952. France Labossière, 2007.


Cet article est le onzième d'une longue série.


<< Article 10                              Article 12 >>