Maisons de la rue Girouard (13)
Maison Joseph Roy


Par France Labossière
Publié dans Le Courrier de Saint-Hyacinthe, le 2 septembre 2010.


Maison Joseph Roy
La maison située au 3095 rue Girouard Ouest, voisine de la maison Joseph-Amable Côté dont nous avons déjà fait l’analyse (voir Maisons de la rue Girouard (7), est de style Queen Anne. Ce style est caractérisé par plusieurs éléments tels :  une organisation asymétrique des volumes et des ouvertures, la profusion de tours et pignons, la présence de galeries, une utilisation variée de matériaux ou de motifs de revêtement, le tout donnant une allure pittoresque à la demeure.


Effectivement, la maison Joseph Roy possède une tour d’angle à toiture conique percée de petites lucarnes à pignon avec saillie du toit, supportée par des consoles fixées au mur circulaire. La surface du mur sous les consoles est hautement décorée d’ornements et d’une moulure horizontale qui prend la forme de fronton au-dessus des fenêtres à guillotine.


Une vaste galerie entoure cette tour d’angle et se prolonge devant la porte d’entrée principale à imposte horizontale surmontée d’un fronton à ressauts au tympan orné d’un motif doré. Des colonnes doriques jumelées reposant sur des piédestaux reliés par des balustres horizontaux et diagonaux supportent un auvent qui protège la galerie des intempéries.


Le bâtiment de bois recouvert de déclin à motif horizontal et en losanges, est coiffé d’un toit à quatre versants dont le fronton-pignon richement décoré en façade abrite trois fenêtres surmontées d’entablements originaux percés d’oculus. Cette maison légèrement en retrait de la rue Girouard, possède un énorme potentiel de par la richesse de ses éléments architecturaux d’origine et de son historique.


En effet, la maison fut érigée pour le pronotaire Joseph Roy. En effet, Maître Roy achète de Cléophas Pagneulo, écuier et marchand, le 13 octobre 1891 un terrain sans bâtisse: « … sis & situé en la cité de St-Hyacinthe, de quatre vingts pieds de front, mesure anglaise sur la profondeur qu’il y a à partir de la rue Girouard à aller à la Rivière Yamaska, voisin d’un côté du dit vendeur, et de l’autre côté François Gervais, le dit terrain faisant partie du lot connu & désigné aux plans & livre de renvoi officiels pour Notre-Dame de St-Hyacinthe, sous le numéro 1089… le dit vendeur à qui ce terrain appartient pour l’avoir acquis avec plus grande étendue de François Gervais.. »


Lorsque Maître Roy contracte une hypothèque le 22 février 1900, il met en garantie cet emplacement...« avec les bâtisses y érigées ». La maison a donc été construite entre 1892 et 1900. Aucun autre contrat notarié ne permet de déterminer plus précisément la date de construction de la résidence. Par contre, d’après un article paru le 4 février 1981 dans la rubrique « Quelques pages de notre histoire » écrit par monsieur Henri Duprat, la maison aurait été bâtie en 1893.


Avocat, Joseph Roy est né à Saint-Hyacinthe le 2 août 1838 et décède à Saint-Hyacinthe le 31 mai 1919. Après avoir fait sa cléricature chez les avocats maskoutains Sicotte et Chagnon, il est admis au Barreau en 1861 et ouvre un bureau sur la rue Des Cascades. Selon Jean-Noël Dion, « il s’associe après une dizaine d’années à Jérôme-Adolphe Chicoyne, société qui sera dissoute en 1873, pour accepter le poste de pronotaire à la Cour Supérieure au Palais de Justice de Saint-Hyacinthe, remplaçant Pierre-Boucher de la Bruère. Il occupera le poste pendant plus de quarante ans, jusqu’en 1918. »


Maître Roy s’implique au niveau de la politique municipale à titre d’échevin, de 1868 à 1869, et de 1871 à 1872. Il se consacre également à l’écriture en publiant en 1867 «  Explication du Code Civil du Bas-Canada », ouvrage amorcé par son confrère le juge Augustin Norbert Morin, et entre 1908 et 1911, « L’histoire de Saint-Hyacinthe par chaque maison ».


Le 2 février 1905, Joseph Roy vend la propriété à l’honorable Joseph Alexandre Camille Madore, juge de la Cour supérieure de Saint-Hyacinthe. Plusieurs personnes occuperont cette maison au fil des ans, entre autres monsieur John J. Egan, vice-président de la Gotham Hosiery Company qui achète la résidence en 1929 pour la vendre à son tour à monsieur René St-Pierre en 1955.


Monsieur René St-Pierre est une figure maskoutaine importante. Échevin de la ville de Saint-Hyacinthe de 1943 à 1946 et président-fondateur de la Fédération des Commissions scolaires du Québec, monsieur St-Pierre sera député provincial libéral de 1956 à 1966 et occupera les postes d’adjoint parlementaire aux Affaires municipales en 1960 et de ministre des Travaux publics de 1961 à 1966.


Avant cette impressionnante carrière politique, monsieur St-Pierre avait travaillé entre autres à titre d’employé dans diverses banques, de comptable, de secrétaire-adjoint de Légaré Automobile Ltée puis de co-propriétaire de l’entreprise Yamaska automobile. Il sera propriétaire de la maison Roy jusqu’à son décès en 1972.


Photos:
Collection Centre d'histoire de Saint-Hyacinthe, CH116 Studio Lunière, circa 1950.
France Labossière, 2007.


Cet article est le treizième d'une longue série.


<< Article 12                               Article 14 >>