Notes d’histoire de Saint-Hyacinthe (15)


Par Luc Cordeau.
Publié dans Le Courrier de Saint-Hyacinthe le 5 décembre 2007.


Toponymie / Parc Payan
Journal Le Devoir, Montréal, vendredi, 20 décembre 1940 : «Saint-Hyacinthe change ses noms de rues – Presque tous les nouveaux noms rappellent des personnages qui ont honoré la ville. D’ici quelques mois, 23 artères de la ville de Saint-Hyacinthe auront changé de noms. Cette décision a été prise par le conseil municipal après consultation des principaux corps publics de la ville. Certaines rues brisées en tronçons et qui portaient jusqu’à trois noms, n’en porteront qu’un à l’avenir. Ainsi les rues Héloïse, Claude et Dessaulles, deviendront la seule rue Dessaulles ; les rues Viger et Richer deviennent la rue Sicotte. Une autre innovation, les diverses artères sont divisées en rues et avenues. Ce système est le même que dans nombre de grandes villes américaines, notamment New-York. Trois parcs déjà existants ont été nommés officiellement : le jardin Euclide-Richer, à l’arrière du Palais de Justice, le jardin Eugène-Saint-Jacques, rue Bourdages, le parc Paul-Payan, près du tunnel de la rue Girouard [de nos jours, le parc Marie-Thérèse Bilodeau, situé devant la caserne des pompiers. Ce parc est à proximité du lieu où était situé autrefois la tannerie Duclos et Payan]».


Milice, cadets du Séminaire
Le Corps de Cadets No1, de l’armée, de Saint-Hyacinthe, célèbre en cette année 2007, ses 175 années d’existence. En effet, ce premier corps de cadets à être formé au Canada a été fondé au Séminaire de Saint-Hyacinthe, en 1832. Cette Petite milice, comme on l’appelait parfois à l’époque, c’est vue prendre un nouvel élan au cours des années 1879-1880. En effet, Rodrigue Masson, Ministre de la Milice, envoya au Séminaire 60 carabines destinées à ces jeunes miliciens, les Fils de Carillon, en plus de faire reconnaître officiellement le groupe dans la Gazette Officielle du Gouvernement canadien. Il n’en fallait pas plus pour rehausser l’enthousiasme de ces jeunes. De nos jours, les cadets sont basés au Manège militaire.

Le Courrier, 2 décembre 1879 : «Nous constatons avec plaisir que les directeurs du Séminaire de Saint-Hyacinthe ont autorisé dans leur maison, la formation d’une compagnie pour fin d’exercice militaire parmi leurs élèves. C’est un exemple qui, espérons-le, sera suivi par nos autres maisons d’éducation. L’Hon. Ministre de la milice, M. Masson, qui lui-même est un ancien élève de notre collège a été heureux nous n’en doutons point, d’accéder à la demande qui lui a été faite par ses ci-devant professeurs. Le dernier numéro de la Gazette Officielle contient les noms des personnes qui seront les officiers de la compagnie et voici l’ordre général de la milice : Province de Québec – Compagnie d’exercice du Collège de Saint-Hyacinthe : Capitaine, Victor Normandin ; Lieutenant, Charles Narcisse Valin ; 2e Lieutenant, Joseph Georges Lavallée».


«Il y a quelques jours, il nous était donné d’assister à l’un des exercices de la jeune compagnie militaire du Séminaire de cette ville, commandée par le Sergent [instructeur James] Sloane de la Batterie B de Québec. Nous avons remarqué avec étonnement qu’en si court espace de temps, ces jeunes gens aient pu acquérir assez d’habilité pour exécuter avec un ensemble et une vivacité dignes de vieux soldats, les commandements les plus difficiles et les mouvements les plus compliqués. Il ne nous est pas permis d’oublier ici le nom du Révérend Messire Burque qui a donné les premières instructions et qui a organisé la compagnie d’une manière qui lui fait honneur. […] Nous avons aussi examiné les armes et les équipements, tout est dans un ordre parfait» (Le Courrier, 17 février 1880).

790 autos
Journal Le Courrier de Saint-Hyacinthe, 4 juin 1926 : «Les gouvernements fédéral et provinciaux viennent de faire le relevé des automobiles dans tout le pays. D’après les dernières statistiques communiquées, notre ville de Saint-Hyacinthe possède un chiffre approximatif de 790 autos, chiffre qui a certainement augmenté depuis quelques semaines».


Cercle Montcalm
«Le banquet annuel du cercle dramatique Montcalm, présidé par monsieur A. Probst, président d’honneur, a eu lieu le 25 décembre, à l’Hôtel du Canada, rue Cascades. Les officiers du cercle étaient présents avec plusieurs invités. On nous a dit beaucoup de bien de monsieur Probst, comme orateur, ainsi que de l’allocution de monsieur Gendreau, président du cercle, et des chanteurs, monologuistes et musiciens» (Le Courrier, 31 décembre 1909).


Journal L’Union, jeudi 20 janvier 1910 : «Nous apprenons que le Cercle Montcalm vient d’établir son club au 3, rue Saint-Denis, dans la bâtisse de la Pharmacie Brodeur. Le déménagement du club est devenu nécessaire pour faire de la place dans la bâtisse de monsieur le pro maire Charpentier, à la manufacture Crescent, qui occupait déjà une partie de la bâtisse dans laquelle le Cercle Montcalm avait ses salles. On parle de réorganiser ce cercle d’ici à quelques mois, de manière à lui donner encore plus d’importance».


Photo:
Cadets, milice du Séminaire, en 1911.
Centre d'histoire de Saint-Hyacinthe, CH001.


Cet article est le 15e d'une longue série.


Notes d'histoire de Saint-Hyacinthe (14)
Notes d'histoire de Saint-Hyacinthe (15) à venir...