Saint-Hyacinthe en 1780

Par Gilles Bachand
Publié dans le Courrier de Saint-Hyacinthe le 10 juin 2010

Nous savons que le seigneur Jacques-Hyacinthe-Simon Delorme va fixer son premier établissement au Rapide-plat sur la rive sud de la rivière Yamaska en 1757. Il fera ses premières concessions de terre à partir de cette date vers le sud sur les deux rives de la rivière. Puis un second rang s’ouvre sur la rive nord le Grand rang. Ensuite suivront les concessions au rang de la rivière côté nord reliant le chemin du rang Saint-François sur la rive sud à celui du Grand rang sur la rive nord. On y retrouve un pont dès 1783.

Qu’en est-il de la petite agglomération près de la maison du seigneur? On y retrouve quelques maisons, un moulin à farine utilisant l’eau de la rivière Yamaska, dont il va confier la direction au meunier Maurice Ariel et un petit moulin à scie construit sur la petite rivière Delorme. Le pouvoir d’eau n’étant pas assez important, le seigneur va remédier à ce dilemme en construisant en 1772, à quelques quatre milles plus au sud, au lieu-dit « de la Cascade » un moulin à scie et à farine beaucoup plus performant. Il y retrouvait un débit d’eau suffisant pour opérer son moulin toute l’année durant. C’était un des éléments qui manquait pour développer cette pointe de terre en face des rapides aussi appelée « Maska ». À partir de 1780, l’établissement du Rapide-plat est peu à peu supplanté par celui de la Cascade. Les gens viennent habiter près du moulin seigneurial. Mais deux autres événements vont favoriser le développement de cet endroit : La construction d’une chapelle donc une future église et l’arrivée en 1778 du blockhaus.

Dès 1771, l’évêque de Québec avait délégué le missionnaire jésuite Charles Germain, afin de choisir un emplacement propice à la construction d’une chapelle. Cette chapelle sera construite en 1780 au lieu-dit du « coteau de la Cascade » avec l’aide pécuniaire du curé Noiseux de Beloeil qui était aussi l’agent du seigneur Delorme. La construction d’un blockhaus en haut des rapides sur la rive nord de la rivière Yamaska et à la jonction de la nouvelle route qui relie maintenant le blockhaus et le village de Saint-Charles sur le Richelieu, va faire progresser considérablement cet embryon de village où vivait environ 75 familles. L’importance de ce blockhaus et toutes les activités qui en découlent ont été malheureusement oubliées par les historiens qui ont consacré du temps à cette épisode de notre histoire. Pensons seulement à sa construction, la main-d’œuvre, la logistique, le transport des marchandises, de la nourriture, les armes, les soldats, l’hébergement et l’élément très important, le passage des loyalistes par cet endroit avant de se diriger vers le bourg de William-Henry « Sorel ». Ceci aura aussi permis aux seigneurs Delorme, Dessaulles et Debartzch de développer la seigneurie de Saint-Hyacinthe beaucoup plus rapidement grâce aux nouvelles routes vers Saint-Charles et le long de la rivière vers le « Upper Blockhouse » à Saint-Césaire aujourd’hui.

Voyons maintenant le recensement de 1784. Les recensements de cette époque, n’avaient pas l’exactitude d’aujourd’hui, mais il nous donne tout de même une bonne idée du nombre de personnes, d’animaux, que l’on retrouve dans la paroisse de Saint-Hyacinthe:
142 hommes mariés, 136 maisons, 130 femmes, 70 enfants mâles au-dessus de 15 ans, 169 enfants mâles au-dessous de 15 ans, 29 filles au-dessus de 14 ans, 184 filles au-dessous de 14 ans, 1 domestique mâle au-dessus de 15 ans, 0 domestique mâle au-dessous de 15 ans, 1 domestique femelle au-dessus de 14 ans, 0 domestique femelle au-dessous de 14 ans, 0 homme absent au-dessus de 15 ans, 16 hommes au-dessus de 15 ans infirmes, 0 esclave mâle, 0 esclave femelle, 14679 arpents de terre, 1934 minots de semence en 1784, 163 chevaux, 89 bœufs, 206 vaches, 110 torailles, 122 moutons, 136 cochons, 46 fusils.
Capitaine de milice : Joseph Cadieux. Lieutenant : François Livernois. Enseigne : Jacques Baulai. Nombre de sergents : 3, nombre de miliciens mariés : 106, nombre de miliciens garçons : 71. Total des miliciens dans la paroisse de Saint-Hyacinthe : 183. Telle était la population de notre ville, il y a 226 ans. En 1798, le seigneur Delorme va même abandonner son modeste manoir du Rapide-plat, pour venir s’établir à la Cascade. Lentement le village prendra forme et en 1815, le cartographe Joseph Bouchette, sera le premier à faire une description physique du village. « Il contient de 80 à 90 maisons, bâties pour la plupart dans un style supérieur, et habitées par des personnes très respectables, une grande et belle église, un bon presbytère, et un collège, ou plutôt une école publique ».

Illustrations:
Carte: 
Partie de la carte de Jeremiah McCarthy de 1827, montrant l’établissement de la Cascade. Collection Centre d'histoire de Saint-Hyacinthe.

Village:
Le village de Saint-Hyacinthe dessiné par l'arpenteur Joseph Bouchette en 1837. Collection Centre d'histoire de Saint-Hyacinthe.