Le cinéma à Saint-Hyacinthe (3)


Troisième bobine : vers la modernité

Si le cinéma Corona fut un endroit de choix pour amateur de cinéma au cours du XXsiècle, les Maskoutains ont également fréquenté d’autres salles. D’abord, il y eut le Théâtre Maska, situé sur la rue Hôtel-Dieu, puis, le cinéma Le Paris, construit sur la rue Saint-Joseph dans le secteur Saint-Sacrement.

En 1936, un certain C.-A. Fortin se porte acquéreur des terrains de l’ancienne manufacture L.P. Morin et fils. Dès le mois de mars, il met en chantier le Théâtre Maska, une salle de 800 sièges dont les travaux sont évalués à 25 000 $. Quelques mois plus tard, le Maska accueille ses premiers clients.


Un an après son ouverture, le Maska est vendu à la United Amusements de Montréal. On procède à d’importantes améliorations et la réouverture de la salle a lieu le 24 juillet 1937. « Le nouveau directeur du théâtre a l’intention de se multiplier pour donner au public, chaque semaine, des programmes qui laisseront loin en arrière tout ce qui s’est vu jusqu’ici chez nous. »

Dans les années 1950, une autre salle de cinéma s’ajoute aux Maska et au Corona. Le Paris, une salle ultra-moderne, dotée de 920 sièges et d’un écran géant de 32 X 21 pieds de hauteur, ouvre ses portes aux cinéphiles en janvier 1954. Sa situation géographique traduit bien le développement de la ville à cette époque. Si le Maska est reconnu pour présenter des films en version originale, la Paris quant à lui projette des films typiquement français. La scène du cinéma Le Paris accueillera également, pendant un certain temps,  les grandes vedette de la chanson française comme Charles Aznavour, Hugues Aufrey, Jacques Brel, etc.

Dans les années 1980, le théâtre Maska s’associera avec la chaîne Cineplex Odeon, ce qui lui permettra d’offrir une meilleure programmation. Mais l’industrie du cinéma évolue et, peu à peu, s’installe la vague des salles multiples. À la fin de l’année 1986, le cinéma sera vendu et l’endroit sera connu sous le nom de Club Maska par la suite.
 


Lorsque Jean Colbert vend le théâtre Maska en 1986, c’est dans le but d’acquérir le cinéma de la rue Saint-Joseph. Si la grande salle fut divisée en deux quelques années auparavant, le nouveau propriétaire en aménage une troisième à l’étage. Puis, en 1996, deux autres salles seront ajoutées. Ces travaux de l’ordre de 250 000$ permettront de suivre la tendance nord-américaine des complexes cinématographiques, mais également de concurrencer la vague naissante des clubs vidéo. Le Paris fermera ses portes en 1997.


Un nouveau complexe doté de huit salles sera construit lors des travaux d’agrandissement des Galeries Saint-Hyacinthe et ouvrira ses portes la même année.


Photo:
Le cinéma Le Paris, en 1972. Centre d'histoire de Saint-Hyacinthe, CH478/14.


Paul Foisy, septembre 2019


Cet article est le troisième d'une série sur le cinéma.


Action!
Le cinéma à Saint-Hyacinthe (1)
Le cinéma à Saint-Hyacinthe (2)