Le Centre culturel


Cette photo tirée de nos archives, datée de 1964, montre une maquette du futur Centre culturel. Il s'agit d'une première maquette  et comme on peut le voir, malgré sa similarité, le projet fut passablement modifié par la suite.

L'ouverture du Centre culturel, en 1967, permet d'offrir de nouvelles activités à la population : des cours d’initiation en arts plastiques et en art dramatique et à la photographie se greffent aux sports aquatiques. Pendant l’été, il y aura même des clubs de baseball midget et junior qui joueront leurs parties sur le terrain aménagé derrière le Centre culturel.

Ce qu’il convient de noter ici, c’est que cette infrastructure municipale a joué un rôle majeur dans le développement des loisirs à Saint-Hyacinthe. En effet, même si sa construction était attendue, les problèmes d’organisation des loisirs étaient bien réels à Saint-Hyacinthe au milieu des années 1960, car chaque quartier possédait ses propres infrastructures de loisirs et demandaient du financement à la Ville de Saint-Hyacinthe et à l'OTJ Centrale. Cet organisme, formé de bénévoles, jouait depuis la fin des années 1940, le rôle d'un service des loisirs municipal.

Tant est si bien qu’en 1968, la Chambre de commerce de Saint-Hyacinthe dépose un mémoire sur l’orientation future des loisirs organisés dans notre ville. Le document propose la municipalisation des loisirs et la mise en place de politiques favorisant leur démocratisation. À cette époque, la Ville de Saint-Hyacinthe hésite à suivre l’exemple des villes de Douville et de La Providence qui ont respectivement pris en charge le domaine des loisirs en 1969 et 1970.

Une période de consultation s’amorce au cours de laquelle émerge la nouvelle vision du loisir. L’opinion selon laquelle il faut occuper les temps libres des enfants afin de vaincre l’oisiveté fait place à une dimension plus créative et personnelle. Le loisir est désormais perçu comme étant une source d’épanouissement, de divertissement et de réalisation de soi.

Le Service des loisirs de la Ville de Saint-Hyacinthe voit finalement le jour en 1976 et agit depuis lors comme maître d’œuvre de l’organisation des loisirs. À la suite de la création du service, les organismes paroissiaux remettent à la ville les différents équipements dont l’entretien pèse de plus en plus lourd dans leur budget.

En 1977, le Service des loisirs de Saint-Hyacinthe publie un premier programme. Une vingtaine d’activités sportives et une quarantaine d’activités socio-culturelles sont offertes à la population.

En guise de conclusion à ce clin d'oeil sur le domaine des loisirs,  on peut affirmer que depuis le milieu des années 1840, cette portion de la ville de Saint-Hyacinthe où fut érigé le rond de course, le parc Laframboise et le Centre culturel a toujours été au cœur de l’activité sportive en sol maskoutain. Il est donc normal que le Service des loisirs de Saint-Hyacinthe soit installé à  cet endroit. Cependant, l’histoire complète de ce secteur reste encore à écrire…


Photo:
Maquette du Centre culturel, 1964. Collection Centre d'histoire de Saint-Hyacinthe, CH380 Le Courrier de Saint-Hyacinthe.

Paul Foisy, avril 2018.